Le vaccin contre la COVID19 doit être un bien public mondial | Viva Salud

Le vaccin contre la COVID19 doit être un bien public mondial

coranvaccin-publiek-goed

Ces dernières semaines, nous avons été inondés de nouvelles prometteuses provenant du secteur pharmaceutique. Moderna ainsi que Pfizer et BioNTech ont annoncé dans un communiqué de presse que les résultats de leurs essais cliniques pour un vaccin contre la COVID-19 sont plus que prometteurs. Leurs chiffres indiqueraient une efficacité de 90 % voire plus. AstraZeneca a également communiqué des résultats encourageants. On espère donc qu’un vaccin nous protégera bientôt contre le coronavirus.

Bien que nous nous réjouissions de cette bonne nouvelle, nous gardons aussi à l’esprit que la crise sanitaire ne prendra fin que si chaque être humain, partout dans le monde, a accès à un vaccin. Nous avons donc avant tout besoin d’un nombre suffisant de vaccins qui soient équitablement répartis. Or, c’est toujours la grande inconnue aujourd’hui. Les brevets pharmaceutiques restent un obstacle important à la production à grande échelle du vaccin et la coopération internationale est trop faible pour garantir une distribution équitable.

La lutte déloyale pour le vaccin

Les pays riches font déjà la course pour obtenir le plus grand nombre de vaccins possible, au-delà des promesses internationales et avant même que la production dudit vaccin ne commence. Plusieurs organisations et experts de la santé ont souligné que la majorité des vaccins attendus ont déjà été achetés par les pays les plus riches du monde. Ainsi, jusqu’à 80 % de l’approvisionnement prévu par Pfizer est réservé pour des pays comptabilisant à peine 14 % de la population mondiale. On observe des chiffres similaires avec les vaccins de Moderna. Le projet de vaccin d’AstraZeneca est quant à lui davantage destiné aux pays en développement, mais nous risquons néanmoins de voir les pays les plus pauvres incapables d’obtenir un vaccin et la pandémie durer bien plus longtemps qu’elle ne le devrait.

Sans une approche internationale et un contrôle public, le virus pourra continuer à se propager là où l’accès au vaccin restera limité. Ceci est non seulement injustifiable d’un point de vue éthique, mais également irresponsable d’un point de vue épidémiologique et économique. Les conséquences de la perturbation du commerce mondial et du maintien des contrôles aux frontières, des restrictions de voyage et des quarantaines seraient considérables. Par conséquent, si la maladie continue de faire rage dans des pays qui n’ont pas accès à un traitement ou à un vaccin, même les pays ayant une large couverture vaccinale resteront vulnérables. Tôt ou tard, le virus réapparaîtra.

Aucun pays n’est en sécurité et en bonne santé tant que tous les pays ne le seront pas (António Guterres, secrétaire général des Nations Unies)

En outre, la santé de millions de personnes serait inutilement mise en danger et la solidarité internationale dont nous avons si désespérément besoin en ce moment sera rompue. Il s’agit également de relever d’autres défis mondiaux. Après tout, comment chercher une solution au dérèglement climatique s’il n’y a pas de confiance entre les pays qui peuvent vacciner leur population et ceux qui n’ont pas accès au vaccin ?

C’est probablement cette déclaration sans équivoque d’António Guterres, secrétaire général des Nations Unies, qui en dit le plus long : « Aucun pays n’est en sécurité et en bonne santé tant que tous les pays ne le seront pas ». Il est encourageant de voir qu’un certain nombre de pays prennent cette déclaration comme ligne directrice pour leurs efforts diplomatiques concernant l’accès au vaccin contre la COVID19.

L’obstacle des brevets

Début octobre, l’Inde et l’Afrique du Sud ont soumis une importante proposition à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Les deux pays demandent que tous les Etats du monde soient autorisés à ne pas accorder ou à ne pas faire respecter les brevets sur les médicaments, les vaccins, les matériaux d’essai et autres technologies cruciales nécessaire à la lutte contre la COVID-19. Rapidement, les États-Unis, le Japon, la Norvège, le Brésil et l’Union européenne s’y sont opposés, considérant que les brevets ne constituent pas un obstacle à la lutte contre la pandémie.

Rien n’est moins vrai. Les brevets constituent bel et bien un véritable mur entre les nouveaux traitements contre la COVID-19 et les personnes qui en ont désespérément besoin. En effet, les entreprises pharmaceutiques titulaires de brevets peuvent déterminer elles-mêmes le niveau de prix de leur produit. Par conséquent, les traitements ont parfois un prix exorbitant. Bien que certaines entreprises, comme AstraZeneca, aient promis de commercialiser leur vaccin contre la COVID-19 au prix coûtant, il n’y a pas assez de transparence pour s’en assurer complètement.

De plus, les brevets font obstacle à la production à grande échelle d’un vaccin. Ils limitent la production à un certain nombre de fournisseurs qui ne sont pas en mesure de répondre à la demande mondiale urgente et de grande ampleur. Ces fournisseurs pourraient également donner la priorité aux États riches et puissants au détriment du reste de l’humanité.

Bien public mondial

Bien que des milliards d’euros de fonds publics soient accordés aux entreprises pharmaceutiques du monde entier pour améliorer le développement d’un vaccin, la logique du « business-as-usual » semble être encore et toujours de mise. A l’heure actuelle, malgré l’importance des fonds publics dont elles ont bénéficiés, les sociétés pharmaceutiques peuvent toujours revendiquer les droits sur les vaccins en cours de développement, acquérir un monopole sur le résultat final et privatiser les bénéfices de sa vente. Ces procédés mettent en danger la disponibilité universelle du vaccin contre la COVID-19, alors que la pandémie a démontré l’urgence d’un modèle qui place la santé publique et la solidarité internationale au premier plan.

La pandémie du coronavirus ne peut être résolue que si nous transformons un futur vaccin COVID-19 en un bien public mondial qui se base sur des accords internationaux solides promouvant une répartition équitable. Selon le sondage IPSOS commandé par le CNCD-11.11.11, huit Belges sur dix y sont favorables. La Belgique doit faire preuve d’ambition et jouer un rôle moteur dans cette entreprise, car le droit à la santé de milliards de personnes est en jeu.

Carte blanche de Viva Salud, 11.11.11, CNCD-11.11.11, WSM, FOS, Oxfam-in-België en Dokters van de Wereld.

Wim De Ceukelaire, directeur Viva Salud
Michel Genet, directeur Médecins du Monde
Arnaud Zacharie, secrétaire-général CNCD-11.11.11
André Kiekens, algemeen secretaris WSM
Eva Smets, directeur Oxfam Belgique
Véronique Wemaere, directrice SolSoc

En collaboration avec Médecins du Monde, FOS, CNCD-11.11.11, WSM, Oxfam Belgique et 11.11.11, Viva Salud a rédigé une note pour expliquer les principaux obstacles à la distribution et à la disponibilité du vaccin contre la corona dans le monde. Découvrez pourquoi le vaccin doit devenir un bien public mondial si nous voulons vaincre la pandémie du coronavirus.