5 raisons de soutenir le plan climat de Cuba | Viva Salud

5 raisons de soutenir le plan climat de Cuba

Cuba est déjà confronté aux effets du changement climatique. Mais Cuba a un plan. Un plan que nous soutenons avec notre vente annuelle d’œufs en chocolat. Vous voulez y contribuer ? Vous pouvez acheter de délicieux œufs en chocolat fairtrade au profit de notre partenaire cubain le Centre Felix Varela et de la campagne de Cubanismo.be. C’est super bon, ET pour les papilles ET pour le climat !

« Une espèce biologique importante est menacée de disparition suite à la destruction rapide et progressive de son milieu de vie naturel : l’humanité. » Fidel Castro Ruz (Earth Summit, Río de Janeiro, 12 juin 1992)

Cuba se noie… mais elle a un plan ! Ces dernières années, Cuba a déjà été fortement touchée par le changement climatique. Sur la côte sud de l’île, le niveau de la mer monte chaque année de 1,3 mètre, l’eau entre à l’intérieur des terres et depuis le milieu du siècle dernier, la température moyenne a augmenté de 0,9° C. Ces changements ont de graves conséquences, comme l’a prouvé le cyclone Irma en 2017.

Mais les Cubains ne restent pas passifs. En 2017, le conseil des ministres a approuvé le plan Tarea Vida (« plan pour la vie »). Il s’agit d’un plan ambitieux pour le climat pour les cent prochaines années, sous la direction du Ministère de la Science, de la Technologie et de l’Environnement (CITMA). Avec notre campagne annuelle de Pâques, nous soutenons, avec Cubanismo.be, le Centro Felix Varela (CFV), une des organisations qui met le plan en pratique auprès de communautés locales et, avec la population, décide de son application concrète.

Voici cinq raisons de soutenir cette action :

1. Cuba affronte le changement climatique d’une manière planifiée 

Le plan cubain pour le climat est un plan bien élaboré et concret. Il comprend des stratégies à court terme (pour 2020), comme des replantations massives de mangroves le long de la côte par des brigades de bénévoles, mais aussi à moyen terme (2050), comme la culture de légumes qui peuvent survivre dans un climat changeant, et à long terme (2100), comme l’évacuation de près de 122 communautés vivant près du littoral.

Le plan pour le climat comprend cinq actions stratégiques et onze projets concrets élaborés par région. Il doit être mis à jour régulièrement pour s’adapter aux effets inattendus du changement climatique. De façon générale, Cuba utilise deux façons d’affronter cette situation : l’adaptation et la mitigation (prévention). La plantation de mangroves le long de la côte et la promotion de techniques agricoles écologiques sont des exemples d’actions d’adaptation et de prévention déjà mises en place dans la province de Guantanamo. Un autre exemple est la recherche menée dans la province de Sancti Spiritus sur les variétés de riz résistantes à la sécheresse et à une salinité accrue.

2. Une approche efficace organisée par le haut et par le bas

Des organisations comme le Centre Felix Varela constituent un maillon indispensable entre le gouvernement national et les communautés locales. Aux côtés des habitants, les facilitadores locaux vont à la recherche des risques et des possibilités au sein de leur milieu de vie. Une méthode fréquemment utilisée est le greenmapping. Dans ce court film, Liana, une collaboratrice du projet, explique le fonctionnement précis de cette méthode.

Le plan cubain pour le climat est centré sur les besoins de la population et sur son environnement. La vision cubaine, à long terme, est à l’opposé de l’approche néolibérale occidentale qui donne la priorité aux souhaits à court terme des multinationales.

3. Le changement climatique ne connaît pas de frontière

Les mouvements et les organisations qui veulent vraiment une approche efficace du changement climatique, doivent construire une solidarité à l’échelle mondiale. C’est que le changement climatique ne connaît pas de frontière et qu’il touchera également notre pays. L’Occident est co-responsable du changement climatique dans le Sud et se sert en outre des catastrophes naturelles provoquées par le réchauffement climatique pour faire du profit, aul ieu d’apporter une aide constructive. Ce « capitalisme du désastre », l’altermondialiste Naomi Klein l’explique très bien dans son livre « La doctrine du choc ».

Dans certains cas, l’« aide au développement » aggrave encore la situation. A Porto Rico, une île voisine de Cuba, près de 5.000 personnes ont perdu la vie à cause du cyclone Maria, en 2017. Le nombre officiel de victimes, estimé par les USA, n’était que de 64. En fait, la plupart des gens sont morts suite à un manque d’accès aux soins de santé dû aux réformes imposées à l’île par les USA-même via les programmes structurels d’adaptation.

“La classe dirigeante se sert de la crise climatique pour imposer une politique néolibérale extrême d’exploitation, discrimination, gentrification et militarisation. La doctrine du choc en action. » (Natalie Eggermont , activiste climatique belge)

4. Nous aussi avons des choses à apprendre de l’approche cubaine du climat

La façon dont Cuba agit est très instructive pour les mouvements sociaux et les décideurs. Le plan pour le climat est un exemple de collaboration entre les mouvements et les autorités pour la mise en œuvre d’initiatives afin que l’île reste habitable pour tous.

Le plan cubain est à l’opposé de la politique belge, qui compte quatre ministres du climat mais aucun plan. Tarea Vida peut donc être une grande source d’inspiration pour nos politiques et nos mouvements pour le climat.

Saviez-vous par ailleurs que Cuba est l’un des pays les plus écologiques du monde ? Le graphique ci-dessous montre que l’indice de développement humain (Human Development Index) ne va pas nécessairement de pair avec une haute empreinte écologique. Cuba réussit à combiner les deux et a même été félicité par l’ONU à ce sujet.

5. Les œufs en chocolat sont super bons, fairtrade et présentés dans un emballage biodégradable !

Les œufs en chocolat que nous vendons pour cette campagne sont bien sûr aussi super délicieux ! Un sachet d’œufs en chocolat blanc, au lait ou noir ne coûte que cinq euros. Le chocolat est fairtrade et est emballé dans des sacs biodégradables qu’on peut mettre dans les déchets organiques.

Participez !

Vous avez envie d’agir pour le plan climat de Cuba ou acheter/vendre des œufs de Pâques ?

Pour des commandes importantes, vous pouvez vous adresser à Marilyse : marilyse@vivasalud.be 
Pour davantage d’informations sur la campagne, c’est chez Nicky: nicky@vivasalud.be